« Adieu petit ange » Un enfant autiste meurt après avoir été « torturé » à l’école

Bien trop de fois, des enfants sont victimes d’actes cruels de la part d’autres enfants, voire même de la part d’adultes censés veiller sur eux. Cette cruauté marque généralement l’enfant à vie et l’oblige à trainer un certain bagage émotionnel avec lui pour le restant de sa vie. Quand l’enfant en question souffre d’un handicap, les comportements cruels semblent s’intensifier davantage au lieu de céder la place à l’empathie. Ce fut le cas de Max Benson, un enfant autiste qui a perdu la vie après avoir été cruellement ligoté par 3 employés de son école privée car il devenait trop agité. Cette histoire nous est relayée par nos confrères de CNN.

Max Benson est un autre ange qui nous a quitté trop tôt. Alors qu’il n’avait que 13 ans, Max a rendu l’âme après avoir été ligoté par son enseignante en éducation spéciale qui savait pourtant qu’il était atteint d’autisme, mais qui n’a pas hésité à l’enchaîner au sol sous prétexte qu’il était trop agité. L’enseignante en question ainsi que la directrice et la doyenne de l’école sont aujourd’hui toutes les trois accusées d’homicide involontaire.

L’explication de l’enseignante en éducation spéciale

L’histoire se passe à la Guiding Hands School, une école privée à El Dorado Hills, en Californie, où un enfant autiste a trouvé la mort après avoir été ligoté et maintenu, face au sol, par son enseignante en éducation spéciale, Kimberly Wohlwend. Celle-ci a justifié son action auprès de la police en leur expliquant que Max avait craché sur un camarade de classe et elle avait donc jugé nécessaire de le ligoter par terre afin de le calmer et contenir sa violence.

L’école Guiding Hands School, réservée aux enfants souffrant d’handicap, a d’ailleurs défendu l’intervention de l’enseignante en la qualifiant de « protocole de gestion de comportement reconnu sur le plan national », et que l’enfant avait été ligoté car ils craignaient qu’il s’en prenne à ses camarades de classe. L’école a refusé de donner plus de détails sur l’affaire « par respect pour la famille de Max et l’enquête en cours ».

Max est resté ligoté face au sol pendant une heure et 45 minutes avant de perdre connaissance

Selon des documents judiciaires cités par the Sacramento Bee, Wohlwend a maintenu Max au sol pendant une heure et 45 minutes, jusqu’à ce qu’il perde connaissance. Lorsqu’elle a remarqué qu’il était inconscient, l’enseignante a tenté d’exécuter une réanimation cardio-respiratoire (CPR), mais l’enfant est décédé à l’hôpital University of California Davis Medical Center in Sacramento deux jours plus tard.

Les suites du décès de Max Benson

L’école Guiding Hands a officiellement fermé ses portes en janvier 2019, en reconnaissant à KCRA que sa « décision de renoncer à notre certification était dans l’intérêt de leurs élèves, des parents d’élèves et du staff, et leur sera bénéfique ».

Cependant, avant que l’école ne renonce à sa certification, le Département de l’Éducation en Californie avait suspendu puis révoqué ladite certification, en citant « plusieurs investigations à l’appui et en mettant en lumière le fait que l’enseignante avait utilisé une force excessive et inutile sur l’enfant.

Bien que l’école ait refusé de reconnaitre sa responsabilité dans le décès de Max Benson, la directrice et la doyenne de la Guiding Hands School ainsi que l’enseignante en éducation spéciale qui avait ligoté l’enfant sont à présent toutes les trois accusées d’homicide involontaire.

La maman de Max, Stacia Langley, s’est confiée au même journal sur le tournant qu’a pris sa vie depuis la mort tragique de son fils en 2018 : « Je n’ai pas fait grand-chose à part pleurer ». 

Quelle est la conduite à adopter avec un enfant autiste sujet à une crise de colère ?

Les enfants atteints d’un trouble du spectre de l’autisme éprouvent de la colère en raison de l’incompréhension de la situation sociale et de l’environnement auxquels ils sont confrontés, ou encore de leur incapacité à exprimer clairement leurs idées et leurs besoins. Afin de gérer ces crises de colère, il est nécessaire de bien connaitre et comprendre leurs spécificités car leurs besoins diffèrent de ceux des enfants qui ne souffrent pas d’autisme. Étant donné qu’il n’y a pas de solution miraculeuse, il faut tester plusieurs approches et stratégies et trouver celle qui marche le mieux sur votre enfant.

De manière générale, on peut citer trois approches :

  • La prévention : détectez les éléments qui provoquent des crises chez votre enfant et faites de votre mieux pour les éviter afin que les crises de colère soient moins récurrentes.
  • L’apprentissage : tentez d’enseigner à votre enfant des compétences afin de pallier son incompréhension des situations sociales, et faites de votre mieux pour lui apprendre à mieux exprimer ses besoins et ses attentes afin de prévenir les sentiments de frustration.
  • La réaction : adoptez une attitude ferme mais non violente pendant les crises afin de faire comprendre à votre enfant que ses crises de colère ne sont pas acceptées.
Contenus sponsorisés
Loading...
Close