Accro au talc, elle en mange 200 grammes par jour pendant 15 ans

Le syndrome de Pica est un trouble du comportement alimentaire. Cette maladie est caractérisée par une consommation de substances non comestibles et non nutritives. Qu’il s’agisse de craie, de papier ou encore de cendres de cigarettes, la personne qui en souffre ingère de façon répétée des éléments qui peuvent nuire à sa santé. C’est le cas de cette femme dont le témoignage a été relayé par New York Post. Après avoir mangé 200 grammes de talc pendant 15 ans, elle découvre qu’elle souffre de ce syndrome rarissime. 

Lisa Paddington, une femme âgée de 44 ans est victime de cette étrange maladie. La britannique a un péché mignon pour le moins insolite : le talc pour bébés. Cette habitude lui a coûté plus de 10 000 euros.

Une délicieuse et étrange découverte

Sa dépendance pour le tac a commencé le jour où elle séchait son fils après son bain. Au moment d’administrer la poudre au bébé, « un peu de poussière a émané de la bouteille » raconte-elle. C’est à ce moment qu’elle a ressentie l’envie soudaine de l’ingérer. Elle ne pouvait tout bonnement pas échapper à la faim qu’elle ressentait. Elle avait aussitôt léché la poudre qui émergeait du flacon. Verdict, la substance était étonnamment exquise pour les papilles de Lisa. Elle en a particulièrement apprécié le « bon goût savonneux ».

Lisa Paddington
cronica

Dépendance

Sa dépendance était devenue telle qu’elle se nourrissait de la poudre jusqu’à 40 fois par jour. Rapidement, l’habitude lui devenait de plus en plus coûteuse au point de dépenser une somme avoisinant les 11 000 euros. La tendance a été davantage exacerbée par sa tentative d’abstinence, laquelle a duré 48h mais qu’elle a décrite comme étant « le pire moment » de sa vie.

Après une décennie de mutisme, son ex-partenaire l’a surprise en train de vaquer à son étrange habitude.

Diagnostic

Lisa Anderson souffrait d’une maladie rare. Après avoir enfin consulté un médecin, il lui a diagnostiqué le syndrome de Pica qui se traduit par l’ingestion d’éléments non-comestibles. À cette maladie, s’ajoute aussi un trouble obsessionnel compulsif (TOC) ainsi qu’une carence en fer.

Lisa Paddington 1
nypost

La mère de cinq enfants déclare : « J’ai passé des années à ne pas savoir ce qui se passait ou ce qui lui arrivait exactement. Mais il s’avère que c’est une vraie maladie ».

Pour l’occasion, Lisa souhaite faire savoir aux autres personnes atteinte de la même condition qu’ils « ne sont pas seuls ».

Des répercussions potentiellement graves pour la santé

Compte tenu de la nature des composantes du talc, l’habitude alimentaire de la femme l’expose à un haut risque de détérioration de la santé, surtout si elle n’y pose pas de limites. En effet, cette poudre contient du magnésium et du silicium, des minéraux susceptibles de provoquer des intoxications, des troubles digestifs, une insuffisance pulmonaire ainsi que des convulsions.

Comment traiter la maladie de Pica ?

La psychiatre Stéphane Clerget confie à Doctissimo que le syndrome de Pica est signe d’une maladie psychiatrique pour 50% des cas qui en sont atteint. Il explique : « On traite la maladie dans son ensemble par la psychothérapie. Il n’y a pas de traitement médicamenteux mais on prend en charge les complications médicales s’il y en a ».

Dépendamment de la nature des produits consommés, l’individu peut s’exposer à des risques vis-à-vis de leur santé. Le risque varie donc entre la toxicité et le danger propre à la substance ou à l’objet.

Il peut y avoir le risque de perforation du tube digestif en cas d’ingestion d’objets tranchants comme les pièces de monnaie ou d’occlusion intestinale. Il peut aussi survenir des carences ou une dénutrition.

Le professionnel avertis qu’il vaut mieux « aller consulter un médecin généraliste en première intention pour ne pas mettre en danger le pronostic vital après avoir ingéré des choses toxiques ou tranchantes. Puis un psychiatre, si la maladie a pour origine un trouble psychiatrique dont le Pica ne serait qu’un symptôme

Contenus sponsorisés
Loading...
Close