Abstinence sexuelle : risques sur la santé

Il est communément admis qu’une vie sexuelle épanouissante renforce une relation de couple et participe au bien-être des deux partenaires. Pourtant, au fil du temps, il peut arriver que l’excitation s’estompe et que la fréquence des rapports sexuels diminue fortement. La routine, le stress, l’absence des préliminaires ou encore l’insatisfaction sexuelle de l’un des partenaires peuvent déboucher sur une abstinence sexuelle. Souvent, le manque d’échanges sexuels finit par altérer les rapports amoureux et par briser la relation intime. Dans cet article, découvrez ce qui arrive aux personnes qui ne font plus l’amour.

Généralement, les premières relations sexuelles entre deux conjoints mêlent fougue, fusion et euphorie à l’état pur. Chaque partenaire tente de faire monter le désir de l’autre pendant l’acte afin d’augmenter le plaisir ressenti et de partager un orgasme intense. Mais si certains vont considérer le sexe comme la pierre angulaire d’un couple, d’autres plongent parfois inconsciemment dans une abstinence sexuelle qui n’est pas sans risque. D’après Anne-Marie Lazartigues, sexologue citée par Le Journal Des Femmes, le fait de stopper tout rapport sexuel peut entraîner diverses conséquences physiques et psychiques. 

Qu’est-ce que l’abstinence sexuelle ? 

L’abstinence sexuelle désigne le fait de stopper tout rapport sexuel pendant une période plus ou moins longue. Elle peut être due à des raisons médicales (en cas de fécondation in vitro par exemple), religieuses, sociales ou encore pour la santé (en cas d’infection). Cette abstinence peut être temporaire, comme par exemple pour les personnes qui refusent d’avoir des rapports sexuels avant 18 ans, ou avant le mariage, ou avant d’avoir trouvé un partenaire stable ou encore durant les périodes d’ovulation si la femme n’utilise pas de moyen de contraception. L’abstinence peut aussi être momentanée, si une personne souffre d’une maladie, si la femme est enceinte ou après une expérience sexuelle décevante ou encore suite à une grossesse. Cependant, refuser d’entretenir des relations sexuelles peut avoir des conséquences sur le corps et sur le couple. 

Quelles sont les conséquences physiques ? 

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la santé sexuelle correspond “un état de bien-être physique, mental et social dans le domaine de la sexualité. Elle requiert une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, ainsi que la possibilité d’avoir des expériences sexuelles qui soient sources de plaisir et sans risque, libres de toute coercition, discrimination ou violence”. Ainsi, le sexe a de nombreux bienfaits pour la santé. Et pour cause, avoir un rapport sexuel peut s’assimiler à une activité physique à part entière. Bien que ceux qui souffrent d’éjaculation précoce ne profitent pas pleinement de cet avantage, un individu sexuellement actif peut brûler des calories pendant l’acte sexuel. En sus, les rapports sexuels font travailler le muscle cardiaque, les artères et activent la circulation sanguine. Grâce à la transpiration induite par les relations intimes, le corps élimine plus de toxines durant l’effort. Par ailleurs, la sexualité aide à lutter contre le stress grâce aux endorphines et à l’ocytocine sécrétées pendant l’amour. Enfin, avoir une sexualité satisfaisante permet de renforcer la relation et de combler les besoins sexuels des deux partenaires. Chez l’homme, le manque de sexe peut avoir des conséquences sur la qualité de l’appareil érectile si l’abstinence est de longue durée. “L’homme aura plus de difficultés à maintenir des érections”, explique Anne-Marie Lazartigues. Avec l’âge, le risque de dysfonction érectile augmente et peut mettre à mal l’intimité sexuelle du couple. Chez la femme, l’abstinence sexuelle a surtout un impact sur le plan psychologique. Elle peut présenter un stress accru, une frustration, ainsi qu’une baisse du désir. 

Quels sont les risques pour le couple ? 

L’abstinence sexuelle peut avoir des effets secondaires sur le bien-être du couple. “Généralement, l’abstinence qui s’installe dans le couple est mauvais signe”, indique Anna Marie Lazartigues, sexologue. En réalité, faire l’amour favorise la bienveillance et renforce l’attachement entre les deux conjoints. “Si l’acte sexuel entraîne du plaisir, c’est parce qu’on sécrète de l’ocytocine, de la dopamine et des endorphines”, précise la sexologue. Grâce à ce cocktail hormonal, les partenaires bénéficient d’un sentiment de bien-être. “S’il n’y a plus de rapport, peu à peu, la bienveillance entre les deux partenaires va s’estomper”, explique la spécialiste. Par ailleurs, ces sécrétions hormonales aident à atténuer le stress, et à diminuer par conséquent la frustration, les disputes et les critiques qui peuvent peser sur le couple. De plus, le sexe aide à réguler la tension artérielle. En outre, la sexologue explique que l’abstinence peut mener à une baisse de la libido, ce qui va finir par créer un véritable cercle vicieux. Le manque de relations sexuelles devient alors une habitude et finit par mettre à mal le désir et l’envie sexuelle des partenaires. Par ailleurs, si l’homme cesse d’avoir envie de faire l’amour avec sa partenaire, cette dernière peut se sentir délaissée et négligée et développer des doutes et des complexes. “Chez la femme, se sentir moins désirable a plus de conséquences. Il est très important d’avoir envie de se montrer et de se voir d’une manière positive à travers les yeux de l’autre”, explique la spécialiste. 

L’abstinence sexuelle peut-elle être bénéfique ? 

Bien qu’une sexualité épanouie a de nombreux avantages, l’abstinence peut s’avérer de mise dans certains cas : 

  • Éviter des grossesses non désirées

Les partenaires peuvent opter pour cette méthode afin d’éviter des grossesses non désirées. En effet, certains couples décident de s’abstenir de faire l’amour durant les jours de fertilité. Ainsi, cette abstinence périodique, qui porte le nom de “méthode Ogino”, est utilisée comme un moyen de contraception permettant à l’homme de ne pas mettre de préservatif durant les jours d’ovulation supposés de la femme.  

  • Augmenter le désir grâce à l’attente

En sus, certains couples mettent en place une période d’abstinence sexuelle pour booster le désir sexuel, réveiller la libido et avoir des relations sexuelles plus satisfaisantes. En réalité, l’attente est susceptible de favoriser les envies sexuelles et d’éprouver plus de plaisir durant les ébats érotiques.

  • Guérir une infection 

En cas d’infection, il est préférable de pratiquer une abstinence sexuelle. D’après Anne Marie Lazartigues, l’abstinence est “souhaitable, ou même obligatoire pour bien guérir d’une infection importante”. 

  • Se protéger après un accouchement ou un IVG 

Après un accouchement difficile, les relations sexuelles peuvent être déconseillées tant que la cicatrisation n’est pas complète. Par ailleurs, s’il y a une interruption volontaire de grossesse, il est préférable d’éviter d’avoir un rapport sexuel tant que les saignements persistent pour éviter de souffrir d’une infection. 

  • Éviter les infections sexuellement transmissibles 

Pour certains, l’abstinence sexuelle peut être pratiquée pour éviter les infections sexuellement transmissibles.

  • Avoir un sperme de meilleur qualité pour une FIV 

Avant une fécondation in vitro ou un don de sperme, certains hommes peuvent décider de ne plus avoir de rapports sexuels. En réalité, l’abstinence peut permettre d’avoir un sperme plus abondant et de meilleure qualité. En outre, l’abstinence peut être recommandée trois jours avant une ponction ovocytaire. 

Lire aussi Quels sont les endroits où les gens préfèrent faire l’amour ?

Contenus sponsorisés