8 signes d'une mauvaise santé vaginale et 11 astuces pour y remédier

8 signes d’une mauvaise santé vaginale et 11 astuces pour y remédier


Tout comme la salive est importante pour la santé bucco-dentaire, des pertes modérées sont essentielles à la santé vaginale. Mais gare aux infections ou autres problèmes de santé. Voici comment reconnaître les signes d’une mauvaise santé vaginale et des astuces naturelles pour y remédier.

Le vagin est naturellement acide, il contient une grande quantité de bactéries bénéfiques qui empêchent le développement des infections et maintiennent un niveau de pH idéal.

Quels sont les signes indiquant une mauvaise santé vaginale ?

1. Des brûlures et des démangeaisons

2. Des pertes vaginales excessives

3. Une muqueuse vaginale enflammée et douloureuse

4. L’apparition de lésions

5. Des odeurs indésirables

6. Des saignements anormaux

7. Des saignements après les rapports sexuels

8. Une sécheresse vaginale

Voici comment préserver votre santé vaginale :

1. Maintenir l’équilibre du pH vaginal

Certains gynécologues recommandent les douches vaginales, mais celles-ci peuvent réduire l’acidité du vagin en perturbant son pH physiologique, entraînant ainsi la prolifération de bactéries. Rappelons que le vagin est acide, avec un pH qui varie entre 3,8 et 4,5.

Si l’odeur est forte, il est recommandé de consulter votre gynécologue au lieu de faire des douches vaginales qui vont certainement réduire les odeurs indésirables sur le moment, mais qui n’aideront pas à traiter le problème.

D’autre part, il est préférable d’éviter d’utiliser certains produits d’hygiène intime car ils sont susceptibles d’interférer avec le pH normal de votre vagin. Demandez conseil à votre gynécologue.

2. Éviter la malbouffe

Le fast food (restauration rapide), en particulier les aliments riches en sucre, peuvent affecter votre santé vaginale. En effet, le sucre favorise le développement des micro-organismes et des champignons. Selon le Dr Rebecca Booth, gynécologue, il faut réduire sa consommation de glucides et privilégier les fruits et légumes pour bonne santé vaginale.

3. Adopter un régime alimentaire sain

Une alimentation saine et équilibrée et une consommation suffisante d’eau sont essentielles pour la santé du corps, y compris celle du vagin. En outre, certains aliments s’avèrent particulièrement bénéfiques pour prévenir, voire soulager les problèmes liés à la santé vaginale. C’est le cas du yaourt, car il contient les lactobacilles, des bactéries à gram positif qui permettent de maintenir le niveau d’acidité du vagin, ce qui empêche la prolifération des microbes et champignons responsables des infections vaginales.

4. Se protéger lors des rapports sexuels

Se protéger lors des rapports sexuels vous permet d’éviter de nombreuses maladies sexuellement transmissibles (MST), telles que le virus du sida (VIH), l’herpès génital, la syphilis, la gonorrhée, les verrues génitales et la chlamydia.

À noter que certaines MST, comme le VIH et l’herpès génital, sont incurables. Le papillomavirus ou virus du papillome humain (VPH) est une autre MST qui peut entraîner des verrues génitales et d’autres maladies graves comme le cancer de l’utérus.

Il est fortement recommandé de changer de préservatif lors du passage du sexe oral aux pénétrations vaginales, de manière à empêcher la transmission des microbes dans le vagin.

5. Arrêter de fumer

La cigarette n’affecte pas seulement les voies respiratoires, elle peut aussi impacter négativement votre santé vaginale. Le Dr Rebecca Booth note que « le goudron et la nicotine peuvent détériorer la santé du vagin en entraînant une prolifération de bactéries. Ces produits chimiques peuvent obstruer les pores du vagin et dégager des odeurs indésirables. Pensez à arrêter de fumer pour que votre vagin respire librement… ».

6. Éviter les antibiotiques

Les antibiotiques favorisent le développement de champignons, ce qui peut provoquer des mycoses. Le Dr Rebecca Booth suggère de favoriser la consommation de yaourt, de kéfir et d’aliments fermentés lorsqu’on est obligé de prendre des antibiotiques pour éviter les infections vaginales.

7. Traiter les infections au plus vite

Il existe trois maladies vaginales communes : les infections fongiques, la vaginose bactérienne et la trichomonase. Les infections fongiques sont généralement causées par des champignons, la vaginose bactérienne se manifeste lorsque le vagin abrite de nombreuses bactéries, et la trichomonase est une MST.

À noter que chacune de ces maladies peut être traitée par voie orale ou topique. Le traitement de ces maladies est particulièrement important, car sans suivi médical, ces maladies peuvent conduire à des problèmes de santé plus graves.

8. Acheter les bons sous-vêtements

« La peau de vos parties intimes est extrêmement sensible », explique le Dr Rebecca Booth. Elle ajoute : « Il faut toujours choisir des sous-vêtements faits de tissus naturels, comme le coton ou la soie ». En effet, les matières synthétiques contiennent souvent des allergènes et des produits toxiques qui peuvent irriter la peau.

9. Des consultations gynécologiques régulières

Consulter régulièrement son gynécologue est essentiel pour votre santé vaginale. Chaque femme devrait avoir son premier examen gynécologique vers l’âge de 21 ans, ou dès les premiers rapports sexuels.

Rappelons que le test Pap, également connu sous le nom de « cytologie vaginale », est un examen qui permet de détecter des changements dans les cellules vaginales, pouvant conduire au cancer de l’utérus.

10. Se laver à l’eau

Les gels d’hygiène intime sont devenus très populaires et sont largement utilisés. Or ces produits ne sont pas recommandés par les gynécologues, car ils peuvent perturber le pH naturel du vagin. Pour une bonne hygiène intime, optez pour un lavage à l’eau.

11. Choisir soigneusement son savon

Si vous préférez tout de même utiliser un produit pour nettoyer vos parties intimes, le pain de savon est le choix idéal car il n’altère pas le pH vaginal. Mais il ne faut pas l’utiliser quotidiennement pour éviter de dessécher la peau. Pour une bonne santé vaginale, les médecins recommandent l’utilisation de savons à base d’huile d’olive, tels que le savon d’Alep.