8 endroits où le corps stocke le stress et ce que cela dit de vos émotions

Investissant surtout la sphère professionnelle, la société actuelle éloigne de la connaissance de soi et de l’expression des émotions. On a du mal à admettre son mal-être car il s’agit directement d’une association à un signe de faiblesse. Lorsque vous refoulez vos sentiments, les blessures ne sont pas définitivement pansées. Ecarter ses propres émotions et les enfermer dans une spirale de souffrance, ne fera que vous enfermer dans un état de stress et d’anxiété sans fin. Celui-ci est un facteur psychique pouvant déclencher des maladies et des affections psychosomatiques. Le stress inconscient finit par somatiser le corps ! Ecoutez le !

Une maladie est appelée “psychosomatique” lorsqu’aucune origine organique n’est en cause. D’origine émotionnelle, elle n’a été suppléée qu’après la découverte de l’inconscient à l’époque de Sigmund Freud, qui a soutenu l’interaction entre la psyché et le corps, après ses recherches sur l’hystérie. 

Dès lors qu’un excès émotionnel impossible à gérer qu’il soit lié au stress, au deuil, ou encore à l’angoisse, ce phénomène de somatisation apparaît : une détresse du corps liée à une détresse psychique. Sean Grover, est psychothérapeute et a consacré sa carrière à rechercher les sources du refoulement. Il renseigne sur les symptômes psychosomatiques causés et aggravés par des facteurs mentaux tels que le stress

Ce que vos douleurs physiques révèlent sur votre santé mentale :

Stress et mal de dos

Vous avez sûrement déjà entendu l’expression « en avoir plein le dos ». 

Selon le Dr Gilles Mondoloni, médecin ostéopathe, acupuncteur et auteur de Stop mal de dos, ce sont les terminaisons nerveuses des muscles du dos qui transmettent le message de stress. Lorsqu’elles sont saturées par de tels messages, le muscle aura tendance à se crisper et se contracter, entraînant des douleurs diffuses.  

Les muscles de la colonne vertébrale sont particulièrement sensibles à un trop-plein de stress, car ils ont été soumis à rude épreuve tout au long de votre vie, et portent la marque de traumatismes anciens. 

Peur et maux d’estomac

Vous l’avez certainement déjà ressenti, lorsque vous avez peur, vous avez l’impression que votre ventre se noue. Il existe une explication !

Les scientifiques ont permis de mesurer l’activité des neurones logés dans une région plutôt inattendue de notre organisme : notre système digestif. Avec un rythme particulier, plusieurs milliers de cellules sont responsables desmouvements du côlon, appelé aujourd’hui “deuxième cerveau”.

Si vous avez des maux de ventre, il est préférable d’en parler à un spécialiste. Selon le psychothérapeute Sean Grover, exprimer les émotions diminue les effets du stress sur le corps.

Cœur et détresse émotionnelle 

Des études ont démontré que le stress émotionnel affecte la santé cardiaque. Le syndrome du cœur brisé affaiblit gravement le cœur jusqu’à provoquer des symptômes semblables à ceux d’une crise cardiaque. Lorsqu’aucune origine organique n’est présente, demandez-vous si votre inconfort n’est pas psychosomatique. Relâcher la pression peut parfois vous faire du bien.

Maux de tête et anxiété

“Le stress vous monte à la tête” ? Cette énième expression ne sort pas de nulle part. Il existe en effet une origine psychologique des migraines et des céphalées. Selon des études de l’ANAES (Agence nationale d’évaluation et d’accréditation en santé) sur les traitements non médicamenteux,  les traitements « thérapeutiques du stress » : relaxation, biofeedback et  thérapie cognitive sont efficaces en comparaison avec un placebo. 

Surmenage et douleurs au cou et aux épaules 

La personne surmenée et en épuisement professionnel a tendance à se sentir vidée. Elle n’a plus aucune énergie et n’arrive plus à récupérer même après s’être reposée. Le corps, qui a épuisé toutes ses réserves, manifeste son mal-être à travers des douleurs au dos, à la nuque, aux épaules, aux bras, à la tête, …

Organisez-vous et apprenez à dire non lorsque vous êtes trop sollicité. N’ayez pas peur de déléguer et de demander de l’aide à d’autres personnes.

Fatigue et humeur dépressive

Lorsque vous décidez de ne pas réagir à votre humeur triste ou irritable, le corps se défend et vous le fait savoir. Le refoulement aboutit à un clivage entre l’inconscient et la conscience, pour ne pas faire émerger ce que vous ne désirez pas écouter. Néanmoins, le corps vous le fera savoir pour cesser d’être coupé de vos affects. Il va tout évacuer à travers un sentiment de fatigue sans apporter de solution. 

Malgré la stigmatisation des affections thymiques, il est important de favoriser la culture de l’écoute de soi et la connaissance de soi, car le contraire peut aggraver la situation. 

Engourdissement et refoulement

Les gens ont tendance à refouler leurs émotions lorsqu’un événement est trop accablant. Le corps en devient paralysé car incapable d’évacuer l’hypersensibilité. L’engourdissement se produit en général au niveau des jambes, des mains et des bras.  La meilleure façon de surmonter les traumatismes est de les reconnaître afin de pouvoir les traiter de manière proactive. 

Insomnie 

L’insomnie est probablement le symptôme somatique retrouvé pour plusieurs affections psychologiques. C’est pour cette raison que les psychologues préconisent une recherche approfondie d’autres signes pouvant y être associés, tant il est difficile de faire la part des choses entre ce qui est cause et conséquence de ce trouble du sommeil. En effet, il peut être lié à la fatigue, à l’irritabilité, à la dépression, à l’hyperactivité, et à l’anxiété. 

Contenus sponsorisés
Loading...
Close