8 conseils pour vaincre la peur de conduire

Qu’il y’ait eu un accident ou même avant d’avoir eu le permis, il existe des personnes phobiques du volant. Difficile de se remettre en selle lorsque l’on rentre dans le cercle vicieux de l’évitement qui peut créer une panique profonde lors de cette situation.

Une personne qui souffre de phobie dans une voiture peut entrer dans un état d’angoisse sévère. Pour arrêter d’être anxieux lorsqu’on entre au volant, il existe 8 techniques pour éviter d’avoir des crises.

Qu’est-ce que la peur de conduire ?

A l’instar de l’anxiété sociale, nous pouvons avoir de véritables crises de panique qui peuvent se manifester par une difficulté à respirer. Accélération du rythme cardiaque, peur de mourir, transpiration, malaise thoracique sont autant de signes physiologiques désagréables qui traduisent une phobie du volant. Cette pathologie handicapante au quotidien s’appelle l’amaxophobie, qui peut provoquer une véritable terreur pour les personnes de tout âge. Les crises d’angoisse de ces phobiques peuvent être imminentes et imprévisibles. Elles peuvent créer des situations d’évitement ou avoir lieu pendant la conduite. Si cet état de crainte généralisé peut paraître irrationnel, c’est la crainte d’un accident ou de provoquer ce dernier qui engendre ce risque de panique. Ainsi, les amaxophobes peuvent également ressentir des vertiges, des tremblements au niveau des mains mais aussi une crispation des membres. Cette anxiété anticipatoire doit être appréhendée avec prudence car elle peut nuire à la sécurité du conducteur et des autres.

personne anxieuse

Une personne anxieuse – Source : spm

Quelles sont les causes de ce type de phobie ?

Alors que conduire peut provoquer une crise d’angoisse aiguë, les personnes atteintes d’amaxophobie peuvent souffrir de ces attaques de panique sans raison palpable.  Seulement, il existe des causes qui expliquent ce qui peut provoquer la peur au volant. Ce qui peut déclencher cette crise peut être issu d’antécédents familiaux. Vivre dans l’ angoisse de conduire peut être issu d’un parent qui ressent une angoisse à l’idée de conduire et l’enfant peut souffrir de ce trouble panique à l’idée de conduire plus tard. Cette crise qui peut se déclencher de façon imminente peut résulter d’un stress post-traumatique qui s’inscrit dans le corps tel qu’un accident ou le fait d’avoir assisté à ce dernier. Cet événement peut créer un blocage qui peut provoquer l’arrêt définitif ou long de la conduite.

crise d'angoisse

Crise d angoisse – Source : spm

Quelles sont les raisons latentes de cette attaque de panique potentielle ?

Avoir peur au volant n’est pas toujours anodin et ces facteurs peuvent être à l’origine de cette peur irrationnelle au volant. Une personne qui peut ressentir une peur intense de conduire seule peut être expliquée par un manque de confiance en soi ou d’autres troubles anxieux. L’amaxophobie peut être plus courante chez les personnes atteintes d’une anxiété généralisée ou d’un état de nervosité sévère. Cela peut être le cas lors d’autres situations comme une prise de parole en public, un entretien d’embauche ou suite à un traumatisme comme un accident par exemple.

respiration

La respiration – Source : spm

Comment relativiser face à cette crise de panique ?

Pour combattre cette phobie spécifique, il est important de se défaire de croyances limitantes. Et pour cause, au même titre que les personnes qui ont peur de la foule, il existe d’autres personnes qui ressentent une importante sensation de danger lorsqu’ils prennent le volant. Il en existe certaines qui ont réussi à dépasser cette crainte par anticipation ou angoisse imminentes en s’armant de quelques outils. Pour autant, il n’est pas obligatoire de conduire et il est contre-productif de s’y forcer car le conducteur devra avoir assez d’aplomb pour garder tous ses réflexes. La personne phobique devra ressentir l’envie de se remettre en selle et de surmonter cette crainte qui peut générer la panique. Cette dernière est le moteur de l’affranchissement d’une phobie. Seulement, il faudra quand même se montrer patient et persévérant mais aussi savoir demander de l’aide. Un ami ou un parent pourra vous aider lors de cette démarche.

developper phobie

Développer une phobie – Source : spm

1. Eviter la distraction

D’autant plus lorsque l’on reprend un volant après une longue pause, il faudra se montrer particulièrement concentré. Ceux qui ont peur de perdre le contrôle en voiture pourront se rassurer en évitant les discussions pour porter entièrement son attention sur la circulation.

2. Concentrez-vous sur le moment présent

Les personnes d’un naturel anxieux ont tendance à penser à plusieurs choses simultanément. Or, conduire sans être dans un état de pleine conscience peut être dangereux car une seconde de distraction peut créer un enchaînement dangereux. Concentrez-vous sur vos sens, comme vos mains qui touchent le volant, vos yeux qui regardent le rétroviseur et le son des autres voitures. Cette pause de votre flot de pensées vous aidera à conduire de façon fluide et sereine.

3. Lutter contre l’ angoisse par le connu

Si vous venez de commencer à conduire, n’empruntez pas des itinéraires complexes. Choisissez des chemins familiers qui ne sont pas loin de votre domicile. Pour vos premiers jours de circulation, choisissez la facilité en conduisant dans les quartiers que vous connaissez jusqu’au bout des doigts.

calmer angoisses

Calmer les angoisses – Source : spm

4. Soyez régulier

Pour vaincre durablement votre peur de conduire, prenez le volant tous les jours même si vous n’avez pas besoin de vous déplacer. Afin de regagner confiance dans votre capacité à conduire, veillez à conduire au moins 15 jours et ce, même s’il pleut. Ne faites pas de pause lors des premiers jours car vous pourriez perdre la main alors que vous prenez une nouvelle habitude. Gardez votre discipline quotidienne et votre motivation car le temps que vous allouez à la conduite vous aidera à être plus alerte.

peurs

Peurs – Source : spm

5. Lancez-vous des défis

A mesure que votre niveau évolue, vous pouvez augmenter la difficulté de vos manœuvres. Après avoir emprunté des itinéraires familiers, tentez de faire un créneau assez ardu. A chaque fois que vous relevez un défi, pensez au prochain pour devenir un as du volant et oublier la peur, qui peut se manifester sous plusieurs formes.

6. Soyez bienveillant avec vous-mêmes

Dans ce chemin qu’est l’apprentissage ou la reprise avec la conduite, il est possible que vous fassiez des erreurs mais ne soyez pas sévère avec vous. Chaque conducteur prend un temps qui lui est propre pour maîtriser sa voiture, certains prennent plus de temps et cela n’est pas forcément une mauvaise chose.

7. Apprenez à contrôler le stress

Le meilleur défi que vous apprendra la reprise de la conduite est le contrôle de votre stress et de vos pensées négatives. L’essentiel est d’en prendre conscience et de ne pas vous laisser submerger par ces mauvaises suggestions et discours intérieurs toxiques. Si vous vous sentez angoissé, regardez tout le chemin que vous avez parcouru dans la maîtrise de votre automobile alors ne laissez aucune place au découragement. Les affirmations positives peuvent être un outil judicieux pour reprendre confiance en vous !

8. Côtoyer des personnes qui sont bienveillantes avec vous

S’il est important d’apprendre à apprivoiser soi-même son stress, il est important d’être bien entouré lorsque l’on conduit. Et pour cause, il est recommandé lors des premières semaines d’être scrupuleux dans le choix de ses copilotes. Un proche lui-même angoissé ne vous aidera pas à reprendre confiance en vous au volant. Choisissez plutôt un membre de votre entourage calme qui saura vous apaiser si vous faites une erreur sur la route. Quelqu’un qui est enclin à la panique peut vous mettre dans des situations dangereuses.

Lire aussi Comment réduire le budget courses ? 10 astuces simples et efficaces pour économiser

Contenus sponsorisés