70% des décès dus au coronavirus avaient ces maladies

Le coronavirus est toujours présent et ne cesse de circuler. La plupart des pays sont frappés de plein fouet par cette pandémie qui a fait des milliers de victimes. Certaines personnes présentent des complications liées à cette maladie tandis que d’autres ne manifestent que des symptômes légers ou sont asymptomatiques. Toutefois, il existe des personnes fragiles comme les personnes âgées ou qui souffrent de maladies cardiovasculaires, de diabète ou d’obésité et sont donc plus à risque face au Covid19. Selon RTBF, 80% des formes sévères liées au Covid 19 sont dues à ces comorbidités.

L’obésité qui est dans la plupart des cas accompagnée de diabète ou d’hypertension cause aux personnes qui en souffrent des complications sévères liées au Covid-19. Selon RTBF, les spécialistes des soins intensifs affirment qu’en France, 80% des patients obèses de moins de 50 ans touchés par le Covid-19 seraient en réanimation.

La plupart des patients en surcharge pondérale aux soins intensifs

Selon le Dr Xavier Wittebole, spécialiste en médecine interne et chef de clinique aux soins intensifs de l’hôpital universitaire Saint-Luc, déclare : « Chez nos patients admis aux soins intensifs, on remarque qu’il y a une majorité de patients en surcharge pondérale avec un IMC supérieur à 25 mais ils souffrent souvent d’autres facteurs de risques comme le diabète gras et l’hypertension. Cela dit, il y a aussi en réanimation des patients dont le poids est tout à fait normal ».

Les Etats-Unis où le nombre de personnes obèses ou en surpoids est important, enregistrent des chiffres alarmants quant aux complications liées au Covid-19. Dans un hôpital de La Nouvelle Orléans, 60% de personnes obèses demeurent dans un état critique.

Au Mexique, et selon les données du secrétaire à la Santé, sur les 27 121 personnes décédées, 19 341 souffraient d’hypertension, d’obésité, de diabète, de tabagisme, d’insuffisance rénale chronique, de maladie plumonaire, de maladies cardiovasculaires, d’immunosuppression, d’asthme ou encore de VIH. Ainsi, et comme mentionné dans Forbes42,02% souffraient d’hypertenion, 36,87% de diabète et 25,03% d’obésité.

José Luis Alomia Zegarra, directeur général de Epidémiologie explique : « Depuis le début de l’épidémie, la fréquence la plus élevée (en référence aux décès) est due à l’hypertension, au diabète à l’obésité, avec des pourcentages qui ont très peu varié ». Ces maladies ont affecté 73% de la population mexicaine.

Hypertension et diabète. Des Facteurs de risque à prendre en considération

Le site de la Ligue contre l’obésité rappelle que les personnes en surpoids sont susceptibles de présenter des maladies comme le diabète et l’hypertension. Les médecins estiment que l’obésité pourrait contribuer à affaiblir le système immunitaire, de même que l’excès de poids rendraient le diaphragme et les poumons plus difficiles à fonctionner.

A ce propos, le docteur Gérald Kiersek, médecin urgentiste, répond à Doctissimo au sujet des patients hypertendus : «  Ce sont des patients qui se retrouvent plus souvent hospitalisés, plus souvent en réanimation et qui décèdent plus souvent de l’infection. Les complications ne sont pas spécifiques : ce n’est pas à cause d’une dysfonction cardiaque chez l’hypertendu ou d’un organe particulier chez le diabétique, par exemple. Ce sont des formes plus graves que la population générale ».

D’ailleurs, un communiqué (AP- HM) paru le 23 mars dernier affirme : l’hypertension artérielle, qui touche un adulte sur trois en France, ne prédispose pas au Covid-19. En revanche, selon le Haut Comité de Santé Publique, les hypertendus sont considérés comme « à risque de développer une forme grave » de la maladie.

Par ailleurs, et comme déclaré par la fédération des diabétiques, les patients diabétiques atteints de Covid-19 peuvent développer des complications sévères. En effet, l’élévation de  la glycémie peut altérer le système immunitaire et rendre ainsi les malades plus vulnérables aux infections.

Lire aussi « Ils vivent ensemble et partagent un lit » – Pourquoi l’un est positif au COVID-19 et l’autre non

Contenus sponsorisés