7 signes qui peuvent annoncer que la mort approche (ne pas les ignorer)

La mort peut survenir suite à une pathologie ou sans cause de mortalité. Avant que la personne ne cesse de respirer, 7 signes annoncent l’arrivée du décès. Il est important pour un proche de ne pas les ignorer afin de s’y préparer.

Cités par Cristian Zanartu, médecin interne, des signes surviennent avant la mort clinique. Au-delà de l’arrêt du pouls, des éléments anticipent souvent la vie des individus décédés. L’équipe médicale et les proches doivent y être attentifs.

Certains signes cliniques avant-coureurs annoncent le décès imminent

L’état de mort clinique est précédé par des éléments physiologiques qui prouvent l’arrivée imminente du décès. Les professionnels des soins palliatifs sont alertes face à ces signes qu’il est important d’appréhender à quelques semaines, jours ou minutes avant la fin de la vie. Lors de l’arrêt progressif des fonctions vitales, il est important d’être alerte en la présence de ces phénomènes biologiques avant qu’un patient soit cliniquement mort.

mort clinique

Etat de mort clinique – Source : spm

1. La douleur peut indiquer une mort imminente

C’est un signe avant-coureur qu’une personne est entre la vie et la mort. Cela est particulièrement le cas pour les personnes atteintes de cancer, une maladie caractérisée par 10 symptômes, mais ce n’est pas toujours vrai pour des affections en phase terminale. Lorsque le patient est à l’hôpital, ce dernier peut se voir administrer des médicaments pour l’atténuer efficacement.

homme décédé

Une personne décédée – Source : spm

2. Un essoufflement peut être l’un des signes d’alerte d’une mort biologique

Une mort immédiate peut être caractérisée par des difficultés respiratoires. Cette incapacité à avoir une respiration profonde compromet le pronostic vital. Ce signe peut être soulagé par l’équipe médicale grâce à l’administration d’oxygène, de médicaments mais aussi des techniques de relaxation adoptées par le patient.

detresse respiratoire

Détresse respiratoire – Source : spm

3. L’anxiété intense peut indiquer qu’un patient frôle la mort

Avant le diagnostic de mort, les médecins peuvent assister à une anxiété sévère du patient. Ce signe fait souvent partie des séquelles de la conscience de la mort qui fait suite à l’essoufflement et à une douleur vive. Il s’agit d’un réflexe d’une personne dont le décès est imminent. Une minute après ce dernier, de nombreux changements surviennent.

arret cardiaque

Arrêt cardiaque – Source : spm

4. Une diminution de l’appétit et de la soif peut être une preuve de la mort imminente

Les patients atteints d’une pathologie mortelle ou en fin de vie pour des raisons naturelles peuvent ne plus réclamer de nourriture. Cela s’explique par l’arrêt des fonctions physiques du corps qui ne nécessite plus un apport calorique.

5. Des nausées ou des vomissements peuvent annoncer la survenue de la mort

Ces signes physiques peuvent être attribués à la prise de médicaments lors d’une hospitalisation ou lorsque les soins palliatifs ont lieu à domicile. Les nausées sont potentiellement inhérentes à la maladie qui peut causer une mort brutale. Pour lutter contre ces réactions qui peuvent être douloureuses pour le patient en fin de vie, les proches ou l’équipe médicale peuvent diminuer les portions des repas, limiter la présence d’odeur ou laisser un léger courant d’air. Cela l’aidera à ressentir plus de confort.

prise de medicaments

Prise de médicaments – Source : spm

6. La constipation est une alerte à prendre en compte

Ce ralentissement du transit peut ajouter à l’inconfort que peut ressentir une personne en fin de vie. Cela peut être le résultat de l’administration de médicaments tels que ceux utilisés pour lutter contre l’essoufflement spécifique à un décès imminent. Pour lutter contre ces signes, il est important d’ajouter un apport de fibres et des aliments pour accélérer la digestion dans la nourriture et une plus grande hydratation.

7. La fatigue est un signe avant-coureur de la fin de vie

Un manque d’énergie conséquent peut se manifester des mois avant le décès du patient ou du proche. Cette fatigue se caractérise par une importance somnolence ou un plus grand nombre d’heures de sommeil. La raison de ce phénomène physiologique est que le corps n’a pas assez d’énergie pour remplir ses fonctions vitales. Ce signe avant-coureur du décès peut également être la résultante des effets des médicaments donnés en fin de vie. Parfois, des insomnies peuvent caractériser les derniers moments du patient.

Lire aussi La thrombose est une maladie silencieuse qui peut être mortelle

Contenus sponsorisés