7 mythes sexuels que même les femmes intelligentes croient

Nous avons déjà eu affaire à des idées fausses, relatives à la sexualité en général. Ces croyances concernent, entre autres, les problèmes du cœur, du mal de dos, de la grossesse, ou encore des infections urinaires. Il s’avère que toutes ces idées reçues ne sont que des mythes sexuels.

Voici les 7 mythes à connaître : 

  1. La relation sexuelle cause la crise cardiaque : 

Souvent, des patients ayant subi une crise cardiaque redoutent les relations sexuelles. Le Journal of the American College of Cardiology a publié que, selon une recherche, il semble peu probable que l’activité sexuelle soit un déclencheur d’une crise cardiaque. Ainsi, 0,7% des patients ont eu des rapports sexuels dans l’heure qui a précédé la crise cardiaque contre 78% des cas qui ont eu des rapports sexuels plus de 24 heures avant la crise cardiaque. Selon le Dr Mark Knapton, directeur médical associé de la British Heart Foundation, Les personnes qui ont été victimes de crise cardiaque pendant le rapport sexuel, allaient tout de même l’avoir. Le sexe n’en est pas la cause. Cependant, il y a d’autres éléments déclencheurs de la crise cardiaque chez un homme, comme la relation sexuelle avec une partenaire autre que sa femme ainsi que la dysfonction érectile. Bien sûr, il est conseillé, d’attendre 4 à 6 semaines après une crise cardiaque avant de reprendre l’activité sexuelle, mais après cela, le sexe ne causera généralement pas un risque accru de crise cardiaque.

Par ailleurs, les personnes qui souffrent d’insuffisance cardiaque importante ou de lésions du muscle cardiaque ou ayant des antécédents d’angine grave, peuvent souffrir d’essoufflement et par conséquent devraient limiter leur activité sexuelle. 

  1. la position pieds levés au-dessus de la tête augmente les chances de   

 tomber enceinte

Une étude publiée par le British Medical Journal en 2009 a affirmé que le fait de s’allonger est plus efficace pour augmenter les chances de grossesse. Selon le Dr Gabrielle Downey, gynécologue au BMI Hospital, les spermatozoïdes doivent traverser l’utérus et passer par les trompes de Fallope. Pour ce faire, Il suffit d’incliner un peu le bassin vers le haut en mettant un oreiller sous le bas du dos, de rester ainsi allongée pendant une demi-heure.

  1. Les règles empêchent l’ovulation

Généralement, une ovule a une durée de vie d’environ quatre ou cinq jours et les spermatozoïdes sains ont une capacité de fécondation allant jusqu’à quatre jours. De ce fait, il y a un risque d’ovulation pendant la période des règles. 

  1. Le mal de tête empêche le rapport sexuel

L’activité sexuelle permet la libération d’endorphines, considérés comme un analgésique naturel de l’organisme par le système nerveux central et permettent de  réduire ainsi le mal de tête. 

  1. Bannir le sexe en cas de mal de dos 

Selon des recherches publiées dans la revue Spine, certaines positions dites passives, pourraient rendre les relations sexuelles moins douloureuses pour les personnes souffrant de mal de dos. Ainsi, les femmes pourraient adopter la position du missionnaire qui maintient la colonne vertébrale dans une position neutre. Tandis que les hommes pourraient opter pour la position de la levrette. En effet, l’abdomen et les fesses sont plus sollicités que les muscles du dos. La colonne vertébrale est ainsi épargnée.  Cependant, il convient de ne pas prendre le mal de dos à la légère et de consulter un médecin.

  1. Uriner avant le rapport sexuel

Les infections urinaires se développent lorsque la vessie est infectée, généralement par des bactéries qui pénètrent le plus souvent par l’urètre. Selon le Dr Zaki Almallah, Urologue consultant à l’hôpital BMI d’Edgbaston, uriner avant les rapports sexuels est la première cause d’infections urinaires post-coïtales. Les bactéries qui causent les infections urinaires vivent naturellement dans la région appelée périnée – entre l’anus, le vagin et l’urètre – et les relations sexuelles peuvent transporter les bactéries de ces régions dans la vessie par le tuyau de l’urètre. Uriner après les rapports sexuels est plus conseillé car cela permet de chasser toutes les bactéries qui se sont logées pendant le rapport sexuel dans l’urètre, ce qui aide à minimiser les risques d’avoir une infection urinaire. 

  1. Le sexe et l’orgasme peuvent causer un accouchement précoce :

Le sperme contient des hormones appelées prostaglandines (qui proviennent de la prostate de l’homme) et peuvent adoucir le col de l’utérus et stimuler les contractions. Théoriquement, le sexe peut provoquer un accouchement mais seulement si le col de l’utérus est prêt et que la date d’accouchement est proche. 

Si votre médecin vous annonce une déchirure de votre membrane (lorsqu’une déchirure se développe dans le sac rempli de liquide qui entoure le bébé), si vous avez un placenta bas, si vous avez des jumeaux, si vous avez un risque d’infection ou si vous attendez un bébé prématuré, le mieux est d’éviter tout rapport sexuel pendant une partie ou la totalité de la grossesse, en fonction des cas.  

Lire aussi L’écart de l’orgasme féminin : la vérité que beaucoup de femmes ne disent pas

Contenus sponsorisés