La plupart des hommes négligent le port du préservatif avant une relation sexuelle

Deux tiers des hommes déclarent ne pas utiliser systématiquement des préservatifs lors de l’acte sexuel. Ce taux encore trop important prouve que la prévention sur les maladies sexuellement transmissibles (MST) et sur les moyens de contraception n’est pas suffisante. Découvrez les dangers de cette pratique.

 

Une pratique trop courante

A en croire la chansonnette, les préservatifs dateraient de nos ancêtres les gaulois et auraient commencé à être en bois avant de devenir des redingotes anglaises. La création de ces condoms était dans un premier temps liée au contrôle des maladies depuis l’Egypte Antique pour ainsi éviter des blessures ou des infections. C’est fin des années 1780 que le préservatif est reconnu pour son aspect contraceptif.

Après de nombreux cas de SIDA dans les années 80 avec l’ouverture des pratiques sexuelles, de nombreuses MST se sont répandues dans le monde. Pour endiguer cette recrudescence, le préservatif a été de nouveau plébiscité. Aujourd’hui, il reste le seul moyen efficace de prévention contre les MST et les IST (Infections sexuellement transmissibles). Loin des a priori de l’époque où seuls les gays étaient concernés, c’est bien l’ensemble des personnes en âge de procréer qui est touché. On connait tous le SIDA ou les hépatites mais ce ne sont pas les seules maladies qui se transmettent pendant les rapports sexuels, on retrouve également la gonorrhée et la chlamydia qui sont des maladies asymptomatiques. Lors de relations occasionnelles, rappelez-vous que vous mettez votre santé en danger mais également celle de votre partenaire. De nombreux centres de dépistage existent mais n’oubliez pas que si vous y découvrez une maladie, c’est qu’il est déjà trop tard et que vous avez peut-être vous-même contaminé quelqu’un d’autre. Si vous êtes touché par une MST, il se peut que vous l’ayez contractée (ou votre partenaire) par un autre biais (Mélange de sang, transmission de seringues, etc.). Les raisons peuvent être multiples mais la conséquence reste la même : la maladie.

Des différences en fonction de l’ âge

Grâce aux différentes études menées, on remarque que le fait de porter un préservatif évolue en fonction de l’âge. En effet, les générations les plus anciennes, peu au fait de la mise en place d’un bout de caoutchouc, sont plutôt en reste car à l’époque, on calculait pour procréer ou éviter d’avoir un bébé.

La génération des papyboomer (anciens babyboom) est quant à elle entre deux eaux puisqu’en pleine révolution des pratiques sexuelles, le préservatif a d’abord été décrié pour son manque de sensation et de praticité avant de devenir l’outil indispensable à la bonne relation. Chez les plus jeunes, la prévention dès les classes de collège permet une banalisation de son utilisation d’où 67% de consommateurs réguliers (de 15 à 25 ans).

Désormais, une variété de coloris, de goûts, de tailles et de pouvoirs magiques existe rendant un peu moins ennuyante son utilisation. Testez les préservatifs phosphorescents ou ceux surmontés de petites bulles et l’effet sera garanti. Si le préservatif fait mal à votre partenaire, agrémentez-le d’un peu de lubrifiant à l’eau ou au silicone en fonction de votre plaisir et le passage ne sera que plus ouvert. Soyez fun tout en vous protégeant.

Comme dirait le fameux Christophe Dechavanne, créateur des distributeurs de préservatifs à 20 centimes et animateur télévisuel : sortez couverts !

Important :

Les maladies sexuellement transmissibles peuvent être létales. En cas de doute, prenez rendez-vous avec votre médecin ou le centre de dépistage le plus proche.

Nous vous offrons

Newsletter

Un livre indispensable pour
rester en bonne santé

Newsletter
  • Découvrez la liste des plantes et aliments qui guérissent
  • Apprenez à fabriquer de puissants remèdes méconnus pour guérir 90% des maladies
  • Un livre indispensable à avoir pour rester en bonne santé
Je souhaite recevoir le livre offert + m’inscrire à la newsletter
Contenus sponsorisés
Loading...
Close