6 raisons pour lesquelles les adolescents n’ont pas besoin d’aller sur les réseaux sociaux

Facebook, Twitter, Tik Tok…les réseaux sociaux ont un impact important sur le fonctionnement psychologique des adolescents d’aujourd’hui ; ils sont près de 90% à en user. On dénombre ainsi de nombreuses répercussions sur le bien-être de l’adolescent, due à l’utilisation des médias sociaux. 

Les réseaux sociaux prennent une place importante dans la vie de l’adolescent. Certes, ils peuvent avoir un impact positif sur les adolescents pour peu qu’il n’y ait pas une surutilisation dangereuse. Aussi, est-il indispensable que les parents en prennent conscience et qu’ils aident leur enfant à se défaire de cette emprise. Le partage d’informations et de photos sur ces réseaux donne l’impression à l’adolescent d’être plus valorisé, surtout à cet âge critique où il manque cruellement de confiance en lui. De plus, les smartphones et les tablettes peuvent induire des troubles psychologiques chez l’enfant. Les parents pourraient ainsi avoir avec lui une discussion sur ce qui pourrait favoriser son estime de soi sans passer par les publications sur internet.  S’intéressant à la psychologie de l’adolescent, le magazine Sain et Naturel, nous explique les raisons pour lesquelles l’adolescent devrait utiliser les réseaux sociaux avec parcimonie .

1. Il n’apprend rien

Les médias sociaux sont plus un moyen pour se divertir que pour se cultiver. Ils n’apprendront pas à l’adolescent à devenir plus intelligent ou plus apte à trouver un emploi plus tard. En terme d’apprentissage de la vie, ces médias ne sont pas le meilleur outil. D’autant plus que le cerveau de l’adolescent est très réceptif pour se développer, comme le préconise la présente étude. De ce fait, il est dommage de laisser l’adolescent gaspiller son temps et ses capacités à effectuer des choses inutiles.

2. Il peut se faire des amis autrement

Les médias sociaux permettent à l’adolescent de trouver des amis qu’il connait et d’autres qu’il ne connaît pas. Par le biais de ces amis virtuels, il a l’impression d’être populaire et de récolter plus de succès et de notoriété. En revanche, ces soi-disant amis peuvent cacher des intentions malhonnêtes en exploitant la naïveté de l’enfant. Les parents doivent expliquer à leur enfant qu’il peut se faire de vrais amis dans la vie réelle et avec qui il aura un échange plus constructif.

3. Il a une difficulté à interagir avec les autres

A force d’utiliser les réseaux sociaux et d’avoir les yeux rivés sur l’écran, l’adolescent peut avoir du mal à regarder son interlocuteur directement dans les yeux pendant la communication. Savoir communiquer avec autrui est une compétence qu’il est indispensable de cultiver pour une vie sociale plus épanouie.

4. Il développe une forme d’addiction aux écrans

Constamment sur son smartphone, c’est la croix et la bannière pour le faire décrocher de son écran. Les jeux vidéo ne sont pas les seuls à être en cause, les applications et les réseaux sociaux le sont aussi, créant ainsi un trouble de dépendance à l’écran. Il est inconcevable pour l’adolescent de lever les yeux de l’écran, de peur de rater une information, une publication ou encore un message. Il en résulte un état de stress et d’angoisse allant même jusqu’à le rendre agressif s’il n’arrive pas avoir une connexion d’internet.

5. Il perd toute complicité avec sa famille

Avec les yeux rivés constamment sur le smartphone pour se connecter avec ses amis virtuels, l’adolescent perd toute interaction avec sa vraie famille dans la vie. Il a tendance à penser que les amis des réseaux sociaux avec qui il a créé des liens spéciaux et a eu de nombreux échanges divertissants, constituent sa réelle famille.

6. Risque de dépression

Les chercheurs mettent en alerte les effets délétères des réseaux sociaux et le risque de dépression chez les adolescents. Jean Twenge, professeur en psychologie à l’université de San Diego, déclare que la nouvelle génération souffre de « la pire crise de santé mentale depuis des décennies ». Les adolescents demeurent collés à leur smartphone pour se connecter sur les réseaux sociaux, se renferment sur eux-mêmes et souffrent de la comparaison avec leurs amis sur les réseaux sociaux.

Le plus important est de rester attentif aux signaux d’alerte comme une fatigue constante ou une irritabilité, entre autres que l’enfant pourrait manifester. Une discussion parent-enfant est requise quant à l’utilisation des médias sociaux. Les parents peuvent être ouverts et flexibles tout en informant leur enfant sur les risques inhérents aux médias sociaux.

Lire aussi Un homme de 37 ans meurt du coronavirus après avoir affirmé sur Facebook ne pas vouloir céder à la “propagande médias” sur la pandémie

Contenus sponsorisés