6 raisons pour lesquelles les femmes simulent l’orgasme

En se basant sur deux sondages réalisés auprès de 350 femmes et publiés dans la revue scientifique Archives of Sexual Behavior, des chercheurs ont identifié pas moins de six raisons pour lesquelles les femmes simulent des orgasmes. Le plus curieux est que les raisons diffèrent selon qu’elles le fassent pendant du sexe oral ou au cours d’une pénétration.

Au cours d’une pénétration, les femmes simulent principalement pour quatre raisons 

  • Pour ne pas vexer leur partenaire ;
  • Parce qu’elles ne se sentent obligées d’avoir un orgasme ;
  • Pour accélérer les choses et que le rapport se termine plus vite ;
  • Pour essayer réellement d’atteindre un orgasme.

Selon Ghislaine Paris, sexologue à Antony, en région parisienne. : « Il y a une obligation de jouir, au risque de passer pour une femme névrosée, coincée, anormale. Montrer que l’on n’atteint pas l’orgasme provoque la crainte de se sentir dévalorisée ».

Les raisons de simulation pendant un cunnilingus

Les raisons pour simuler l’orgasme pendant un cunnilingus sont curieusement différentes.

  • Elles le font toujours pour se stimuler elles-mêmes et pour ne pas vexer leur partenaire;
  • Pour éviter l’anxiété associée au sexe oral (la nature très intime de cette position;
  • Pour avoir l’air « normales », plutôt que de dévoiler le fait qu’elles mettent du temps à avoir un orgasme ou même qu’elles ne le peuvent pas.

Pour 60% des femmes interrogées, la préoccupation ultime est d’éviter que leur conjoint soit infidèle. « Pour un homme aujourd’hui, faire jouir sa partenaire est devenu un signe de virilité, explique Ghislaine Paris. C’est une préoccupation très narcissique : l’homme se fixe un objectif et est rassuré sur ses capacités quand il l’atteint. »

Ainsi, certaines femmes craignent de déclencher une véritable angoisse chez leur compagnon si elles ne parviennent pas à l’orgasme et que celui-ci s’en rend compte. Elles font donc le choix de simuler pour le rassurer. « En effet, si l’homme est angoissé et s’il doute de sa virilité, il va certes tout d’abord se poser des questions sur lui-même, mais, dans un deuxième temps, il va avoir tendance à projeter la faute sur l’autre, et à aller voir ailleurs pour vérifier ses capacités à faire jouir. », poursuit la sexologue.

Avant toute chose, débarrassez-vous de l’idée que vous êtes obligée d’avoir un orgasme – peu importe le temps qu’il met à venir ou même qu’il ne vienne pas. Ensuite, souvenez-vous qu’il n’existe pas de vagin « normal ». L’idée qu’il devrait avoir tel aspect ou telle texture jette une ombre superflue sur ce qui pourrait potentiellement être un très bon moment.

Alors, pourquoi simulons-nous ? Le Dr Allan Fenigstein, professeur de psychologie au Kenyon College, dans l’Ohio, et co-auteur de cette étude affirme que ces découvertes montrent que les femmes trouvent parfois sensé – ou même que c’est une bonne idée – de simuler un orgasme. En se basant sur les raisons citées plus haut, toutes reliées à une forme d’embarras, il semblerait que jouer la comédie soit la voie la moins embarrassante, plutôt que de dire : « Tu sais quoi ? C’est merveilleux, mais je ne vais pas y arriver. Concentrons-nous sur toi ».

Au lieu de simuler et faire semblant d’atteindre l’orgasme, il est plutôt préférable de discuter avec votre partenaire et le rassurer quant à ses capacités à vous faire jouir. 

Contenus sponsorisés
Loading...
Close