5 symptômes d’une infection vaginale

Vous savez probablement que votre vagin dispose naturellement d’une autoprotection, et cela grâce à sa propre flore, à savoir certains microorganismes comme la levure, les lactobacilles et les corynébactéries (un type de bactérie). Ces composés dépendent de l'âge, de l'état hormonal, de l'activité sexuelle, de l'hygiène personnelle et du système immunitaire. Le pH vaginal est naturellement compris entre 3,8 et 4,5. Cette disposition protège la partie intime de toute femme contre la croissance des micro-organismes pathologiques.

Parfois, il se produit un déséquilibre dans la flore vaginale, menant à un niveau anormalement élevé de levures, ou à la pénétration d’autres pathogènes comme les bactéries Gardnerella, Trichomonas, ou Chlamydia, etc. Lorsque ce problème se développe, votre organisme commence à lutter contre les agents étrangers, provoquant une inflammation du vagin, appelée vaginite. En fait, il n’y a pas que ces infections qui peuvent conduire à cette maladie désagréable. Les douches vaginales, les spermicides, les lubrifiants, les savons et les préservatifs provoquent des allergies, ce qui peut être ressenti comme une vaginite infectieuse.

Vous êtes plus susceptible de souffrir de processus inflammatoires dans vos parties génitales, si vous avez un nouveau partenaire sexuel ou si vous êtes sexuellement active, enceinte, que vous prenez des pilules contraceptives ou que vous souffrez de diabète avec des niveaux de sucre sanguin incontrôlés.

Comment pouvez-vous savoir que votre vagin contient des micro-organismes anormaux ?

Vérifiez ces symptômes afin de pouvoir déterminer la vaginite et ses causes possibles :

  • Irritation et inflammation des organes génitaux.
  • Dyspareunie qui se manifeste par des sensations douloureuses pendant les rapports sexuels, elle peut toucher la vulve, le clitoris, ou le vagin.
  • Brûlure et inconfort pendant la miction.
  • Démangeaisons et douleurs dans la région génitale, avec une odeur particulière lors des sécrétions.
  • Couleur, quantité et consistance anormales des sécrétions vaginales.

Dans les cas normaux, les sécrétions vaginales sont claires et sans odeur. Les changements à ce niveau sont des symptômes très clairs de la vaginite infectieuse. Ils peuvent varier, selon l’agent. Par exemple, la vaginose bactérienne passe souvent sans aucun symptôme, avec des fois une odeur désagréable.

Parfois, vous pouvez remarquer une sécrétion laiteuse homogène avec une odeur qui rappelle le «poisson». C’est en fait un problème assez fréquent chez les femmes enceintes qui peut conduire à un risque accru de naissance prématurée. Cette maladie s’appelle la candidose vaginale, elle est causée par des champignons de la famille des Candida qui sont naturellement présents dans le vagin et qui commencent à se multiplier de façon incontrôlable. Cette maladie se manifeste par des sécrétions blanches épaisses, qui ressemblent à du fromage blanc, mais sans odeur spécifique.

La trichomonase, causée par le parasite trichomonas vaginalis, à son tour provoque des sécrétions mousseuses grises, vertes ou jaunes avec une forte mauvaise odeur, et c’est une maladie sexuellement transmissible.

Si vous avez remarqué l’un de ces symptômes, demandez de l’aide médicale. Sans traitement approprié, la vaginite peut augmenter le risque d’autres infections transmissibles sexuellement, d’une maladie inflammatoire pelvienne et peut augmenter le risque d’accouchement prématuré chez les femmes enceintes.

Conseils :

Une bonne hygiène des parties intimes est nécessaire pour prévenir des maladies et infections vaginales. Des rapports sexuels protégés sont aussi indispensables pour une protection irréprochable.

Lire aussi Ce que chaque type de liquide vaginal dit sur la santé d’une femme

Contenus sponsorisés