5 graves maladies que peut causer le manque de sommeil

De la même manière que la respiration, la digestion ou l’immunité sont essentiels au bon fonctionnement de l’organisme, le sommeil est vital. En effet, il est essentiel pour la croissance du corps, la stimulation hormonale, la maturation cérébrale, la reconstruction cellulaire, le développement immunitaire ainsi que pour les fonctions cognitives et l’humeur.

Par conséquent, le manque de sommeil, c’est-à-dire moins de 6 heures de sommeil par nuit pour un adulte, affecte la santé et augmente les risques de souffrir de certaines maladies, plus ou moins graves. D’ailleurs, parmi ces maladies pouvant être causées par le manque de sommeil, on retrouve les 5 suivantes : 

  1. La maladie d’Alzheimer 

Le manque de sommeil, touchant environ 54% des français selon un sondage de l’Institut National français du Sommeil et de la Vigilance (INSV), serait étroitement lié à un risque accru de développer et de précipiter les symptômes de la maladie d’Alzheimer

C’est ce qu’a mis en avant une étude réalisée par Adam Spira, du Département de la Santé Mentale de la Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health (États-Unis) et Alyssa Gamaldo, de la National Institutes of Health (États-Unis), grâce à des recherches antérieures et l’étude de biomarqueurs spécifiques à la maladie d’Alzheimer, dont la protéine bêta-amyloïde responsable de la perte de mémoire et du manque de communication entre les neurones. La recherche a porté sur 70 personnes âgées de 53 à 91 ans et les résultats ont montré qu’une réduction du temps de sommeil entraînait une augmentation de la protéine bêta-amyloïde. Par conséquent, le manque de sommeil pourrait causer et accélérer la maladie d’Alzheimer. 

  1. L’obésité et le diabète

Selon une étude scientifique menée par Josiane Broussard de l’Institut de Recherche sur le Diabète et l’Obésité du Centre médical Cedars-Sinai de Los Angeles (États-Unis) et des chercheurs du Département de Médecine de l’Université de Chicago et de l’Université du Wisconsin (États-Unis), le manque de sommeil entraînerait une augmentation d’acides gras libres dans le corps et aurait un impact sur la vitesse du métabolisme et la capacité de l’insuline à réguler la glycémie. Ainsi, les personnes manquant de sommeil auraient de plus grands risques de souffrir d’obésité et de diabète ou de voir ces maladies s’empirer. 

  1. Les maladies cardiovasculaires

Au-delà de l’alimentation, du tabagisme, de la sédentarité, du diabète et des antécédents familiaux, les maladies cardiovasculaires comme l’infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et l’angine de poitrine pourraient être causées par le manque de sommeil. En effet, selon une étude datant de 2017 et réalisée par Qiao He et Peng Zhang de la China Medical University (Shenyang, Chine), l’insomnie et les symptômes qui en découlent, dont le manque de sommeil, seraient associés à un risque accru de troubles cardiovasculaires futurs. Ces découvertes ont été faites grâce à une méta-analyse portant sur les données scientifiques d’études de cohortes antérieures. Au total, les chercheurs ont constatés que les risques d’évènements cardiovasculaires augmentaient de 27% quand il y a une difficulté d’endormissement, de 18% quand le sommeil n’est pas réparateur et de 11% pour diverses complications de sommeil. À noter qu’aucun lien n’a été trouvé entre réveil précoce et maladies cardiovasculaires. 

  1. Le suicide 

Étant donné que le sommeil à un rôle essentiel pour le fonctionnement de l’organisme et pour l’humeur, il semblerait qu’une mauvaise qualité et un manque de sommeil soient liés à un risque élevé de passage à l’acte suicidaire. Ainsi, le sommeil pourrait faire partie des facteurs de risque des comportements suicidaires, notamment chez les personnes âgées. 

D’après une étude de Rebecca Bernert, du Département de Psychiatrie et Sciences du Comportement de l’École de médecine de la Stanford University (Californie, États-Unis) et Carolyn Turvey, du Département de Psychiatrie de l’University of Iowa Psychiatry (États-Unis), réalisée sur 14 456 adultes de plus de 65 ans, durant une période de 10 ans, le manque de sommeil entraîne un risque accru de décès par suicide tardif, indépendamment des troubles dépressifs. De cette manière, l’étude met en avant l’importance du sommeil dans la prise en charge des comportements suicidaires et souhaite améliorer les techniques de prévention, en particulier chez les personnes âgées. 

  1. La colite ulcéreuse

Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) dont la colite ulcéreuse et la maladie de Crohn peuvent se développer à la suite d’un manque de sommeil. Effectivement, le manque de sommeil provoque des réactions inflammatoires pouvant mener à ces deux maladies selon une étude de Ashwin Ananthakishnan et Hamed Khalili, du Département de Gastro-entérologie du Massachusetts General Hospital (États-Unis). Ce phénomène s’explique par la production de cytokines inflammatoires, c’est-à-dire des médiateurs chimiques aux réactions synergiques ou antagonistes qui sont impliqués dans l’inflammation mais aussi dans les réactions immunitaires. Ainsi, une durée de sommeil de moins de 6 heures entraîne la libération de cytokines inflammatoires, notamment au niveau du système digestif, et augmente le risque de souffrir de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin. À noter que l’excès de sommeil, soit une durée de plus de 9 heures de sommeil, selon l’étude, provoque également ce genre de réactions inflammatoires. Il convient donc de respecter le temps moyen de sommeil recommandé pour un adulte, à savoir 7 à 8 heures de sommeil. 

Contenus sponsorisés

Loading...
Close
Close