3 choses à faire pour diminuer les risques d’infertilité

Lorsque vous décidez d'avoir des enfants, ce n'est pas seulement la femme qui doit être en bonne santé et dans des conditions optimales, l'homme aussi doit l’être afin de bénéficier d'un plus grand succès dans la fécondation. Alors, messieurs, si vous cherchez à être parent, il est bon d'envisager comment diminuer les risques d’infertilité masculine, grâce à des traitements naturels et certains changements dans vos habitudes.

Il existe certaines causes médicales mettant en péril les chances de procréer comme : 

L’oligospermie : Il s’agit d’une anomalie au niveau de la quantité de spermatozoïdes, cette dernière étant trop faible. À savoir qu’il existe trois degrés de gravité de l’oligospermie : oligospermie légère (entre 5 à 14 millions de spermatozoïdes), oligospermie modérée (1 à 5 millions de spermatozoïdes) et oligospermie sévère (moins de 1 million de spermatozoïdes). La quantité normale de spermatozoïdes étant à 15 millions de spermatozoïdes dans le sperme, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). 

L’asthénospermie : Cette anomalie se caractérise par un trouble de la mobilité des spermatozoïdes, ce qui impacte la fertilité. Elle peut être associée à l’oligospermie, on parlera alors d’oligoasthénospermie. 

La varicocèle : Pouvant toucher les hommes à n’importe quel âge, la varicocèle s’illustre par le fait que les veines du scrotum s’élargissent. Cette condition réduit le nombre de spermatozoïdes et cause l’infertilité.

Par ailleurs, l’infertilité masculine peut être provoquée par des troubles hormonaux, la prise de certains médicaments, des anomalies physique (atrophie des testicules), des maladies rénales et hépatiques, des troubles de l’éjaculation (éjaculation rétrograde) ou encore un traumatisme au niveau des testicules. 

Au-delà de ces causes médicales, le mode de vie et l’alimentation affecte les chances de procréation.  La forte consommation d’alcool, de tabac et de drogues ainsi que les mauvaises habitudes alimentaires impactent significativement la fertilité, réduisant non seulement la quantité de sperme mais aussi sa qualité. Ainsi, certaines mesures permettent de diminuer les risques d’infertilité. D’ailleurs voici 3 façons de diminuer les risques d’infertilité : 

  1. Avoir une bonne alimentation

En plus d’avoir une alimentation équilibrée, exempte de produits nocifs et d’excès de gras, de sucre et de sel, optez pour des aliments qui améliorent la fertilité :

  • La vitamine A participe à la composition et la protection des cellules du système reproducteur contre le vieillissement prématuré. On le trouve dans les carottes, les oranges et les légumes à feuilles vertes.
  • La vitamine C favorise la réduction des radicaux libres et de leurs conséquences sur les spermatozoïdes (anomalies…). Cette vitamine est présente dans le cassis, les poivrons crus, les oranges, les fruits rouges et les épinards.
  • La vitamine E améliore la motilité des spermatozoïdes grâce à son action antioxydante. Elle lutte également contre le stress oxydatif qui affecte la qualité du sperme. Vous l’obtenez dans les amandes, les noix et l’huile d’olive.
  • Le zinc augmente les niveaux de testostérone et joue un rôle positif concernant la mobilité des spermatozoïdes. Les aliments qui contiennent du zinc sont les huîtres, les œufs, les noix de cajou et le cacao en poudre.
  1. Changer ses habitudes de vie 

Pour diminuer les risques d’infertilité, il convient de changer ses habitudes de vie en : 

  • Réduisant votre niveau de stress 
  • Pratiquant une activité physique
  • Préservant un poids santé
  • Supprimant le tabac
  • Diminuant le contact avec des sources de chaleur
  • S’hydratant correctement 

Il s’agit de mesures habituelles pour une bonne santé générale mais aussi pour un sperme de qualité. En effet, la production de sperme, sa quantité et sa qualité sont meilleurs dès lors que vous prenez soin de respecter votre corps car le tabagisme, l’excès de graisse et toutes les mauvaises habitudes affectent l’ADN des spermatozoïdes, ce qui peut être à l’origine d’infertilité mais aussi d’anomalies chez le bébé à venir.

  1. Avoir des rapports sexuels réguliers 

D’après une étude plébiscitée par la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie (ESHRE) et réalisée par des chercheurs australiens, dont le Dr David Greening, gynécologue-obstétricien spécialisé dans la reproduction, les rapports sexuels quotidiens avec éjaculation influencent positivement la qualité du sperme. En effet, selon les chercheurs et grâce aux 118 hommes participants à l’étude, il a été constaté que bien que la quantité de sperme diminue, sa qualité s’améliore. Ce phénomène s’expliquerait par le fait que les spermatozoïdes sont moins exposés au stress oxydatif qui endommage leur ADN car ils restent moins longtemps dans les testicules. 

Contenus sponsorisés
Loading...
Close