La culotte menstruelle, une avancée pour la santé des femmes

Contenus sponsorisés

La culotte menstruelle change les règles ! Elles représentent un véritable pas en avant en ce qui concerne le sujet de la santé féminine. Une femme a ses règles 2250 jours dans une vie, soit plus de six ans !

(Le calcul a été fait pour des cycles de 28 jours et des règles de 5 jours.) L’importance de pouvoir avoir accès à des protections hygiéniques saines constitue dès lors un enjeu de santé publique et environnemental crucial . Les culottes de règles de la marque française Réjeanne sont confectionnées avec des matières certifiées sans substances nocives.

Les protections jetables en chiffres

Des tampons dans les océans

  • 11 000 protections jetables utilisées, en moyenne, par femme dans une vie.
  • En France, 2 milliards de tampons et serviettes sont jetés tous les ans.
  • 45 milliards dans le monde entier, soit 1 447 chaque seconde et 590 tonnes de déchets pour l’Europe.
  • Un tampon met quasiment un demi-millénaire pour se décomposer dans la nature.

Des chiffres qui donnent le tournis et qui permettent de mieux appréhender les considérations qui se cachent derrière la phrase “les protections périodiques sont responsables d’une forte pollution”.

Leur quantité est un problème considérable qui pourrait bien ne représenter que la partie immergée de l’iceberg tant la composition de ces protections jetables est responsable de la libération de nombreuses substances toxiques dans la nature.

Des substances nocives dans les serviettes

L’image de l’iceberg est bien choisie, les fabricants étant toujours aussi vagues sur le sujet de la composition alors même que des études ont démontré la présence de composants chimiques et d’autres substances indésirables nocives pour la santé, mais aussi pour l’environnement :

  • Pesticides,
  • Produits cancérigènes,
  • Perturbateurs endocriniens…

Il y en a pour tous les goûts : chlore, glyphosate (celui-là même qui est interdit en Europe), phtalates, dioxine…

Ainsi, pendant plus de 6 ans (une moyenne c’est vrai mais même moins ça reste long), l’intimité des personnes menstruées se retrouve en contact avec tous ces produits chimiques.

La culotte menstruelle, une alternative saine

Réjeanne est une marque de lingerie menstruelle française née de la volonté de proposer aux femmes une alternative écologique et saine aux protections périodiques jetables. La marque s’engage également pour contribuer à rendre aux règles le statut qu’elles devraient avoir, un phénomène naturel tout à fait normal, et pour libérer les personnes menstruées de leurs gênes.

Confection française avec des matières certifiées Oekotex 100

Réjeanne, c’est la culotte menstruelle en coton bio, fabriquée en France, imaginée par des femmes, pour des femmes avec l’ambition de changer leur quotidien. La marque a pensé à tout pour améliorer le confort et réduire au maximum son empreinte carbone.

Avec leur doublure en coton bio tissé en France, leurs culottes menstruelles offrent un confort incroyable pendant les règles tout en valorisant le savoir-faire français. Dans la lignée, la confection est entièrement réalisée en France, à la main, au sein d’ateliers de lingerie ayant travaillé pour de grandes maisons.

Les culottes de règles Réjeanne sont garanties sans nanoparticules d’argent et utilisent des textiles exempts de produits toxiques, certifiés Oekotex 100.

Quand écologie rime avec économies

Il est vrai que les culottes menstruelles représentent un certain investissement, investissement bien vite rentabilisé. En effet, lavable et donc réutilisable pendant de nombreuses années, la culotte de règles constitue une économie de déchets et d’argent.

Chaque femme dépense entre 4€ et 5€, en moyenne, par mois, pour des protections périodiques. Cela représente entre 260€ et 325€ sur 5 ans (sans compter toutes les culottes abîmées à cause d’une petite fuite que l’on a dû racheter). À noter, que les culottes pour les règles peuvent être mises à la machine sur cycle à froid pour une économie d’énergie non négligeable.

Lire aussi Arrêter de fumer : 3 choses que vous ne saviez pas sur la thérapie au laser

Contenus sponsorisés