Les plantes adaptogènes, c’est quoi ?

Qu'ont en commun l'éleuthérocoque, le ginseng, ou encore la rhodiole ? Ce sont des plantes adaptogènes, c'est-à-dire capables de renforcer notre organisme. Panorama et mode d'emploi.

Vous êtes stressée, fatiguée et vous faites des infections à répétition ?

Pourquoi ne pas faire une cure de plantes adapto-être plus forte et retrouver son équilibre. Elles possèdent quatre grandes qualités : elles nous permettent de mieux nous adapter au stress, augmentent notre énergie, stimulent nos capacités cognitives, en particulier la concentration et la mémorisation, et contribuent à nous relaxer afin de ne plus subir nos émotions. Merci à Sylvie Hampikian, pharmacologue experte en médecines douces.

Le ginseng

Du ginseng frais

Du ginseng frais – Source : spm

Cette racine chinoise agit sur tous les fronts : elle réduit la fatigue, stimule le système immunitaire, améliore nos capacités intellectuelles et nous aide à voir la vie en rose, en stimulant la synthèse de dopamine.

Mode d’emploi

Cette plante se prend plus volontiers sous forme de gélules, dosées à 250 mg minimum d’extrait sec. A prendre au petit déjeuner ou au déjeuner, mais à éviter après 17 heures, pour ne pas gêner votre endormissement.

Contre-indications. Elle est déconseillée à la femme enceinte et allaitante, ainsi qu’aux enfants de moins de 12 ans.

L’astragale

Energisante, cette plante stimule également notre système immunitaire. A privilégier lors des changements de saison, pour renforcer nos défenses, ou lors d’une convalescence, pour soutenir l’organisme.

Mode d’emploi

La plante se consomme sous forme de gélules à prendre à raison d’1 à 3 par jour durant trois semaines, de préférence au cours du repas.

Le romarin

Du romarin

Du romarin – Source : spm

Cet aromatique n’est pas seulement délicieux dans nos plats mijotés, il est aussi particulièrement intéressant en cas de fatigue, aussi bien physique que morale, comme une dépression légère et des insomnies causées par le surmenage. En prime, il est souverain pour calmer les douleurs spasmodiques dues au stress.

Mode d’emploi

Profitez de son bon goût sous forme de tisane : jetez 1 à 2 g de romarin séché dans une tasse d’eau frémissante. Infusez dix minutes avant de filtrer et buvez jusqu’à 3 tasses par jour.

Contre-indication. Attention, cette plante est déconseillée à toute personne présentant un trouble de la vésicule biliaire.

L’échinacée

Originaire d’Amérique du Nord, l’échinacée est principalement employée pour ses vertus immunosti-mulantes grâce à sa composition : des polysaccharides, qui protègent les cellules des agressions, des alkanides, aux propriétés antibactériennes et antifongiques, ainsi que des actifs anti-inflammatoires. Ses principes augmentent la production de globules blancs et donnent un sérieux coup de pouce à notre organisme. Prise au début de l’hiver, elle prémunit des infections répétitives et réduirait de 10 à 20 % le risque de prendre froid.

Mode d’emploi

Prenez un comprimé d’échinacée, dosé à 300 mg de racines, par jour, de préférence au petit déjeuner. Prévoyez une cure d’un mois.

Contre-indication

Elle est déconseillée à la femme enceinte et allaitante.

Le cordyceps

Champignons de fleurs de cordyceps

Champignons de fleurs de cordyceps – Source : spm

Ce champignon est cultivé sur les plateaux de l’Himalaya. Il est particulièrement utilisé en Asie, notamment en Chine, pour ses effets stimulants, revitalisants et énergisants. Il augmente la résistance à l’effort et contribue à réduire les manifestations du surmenage sur l’organisme. Il influe également sur la libido : puissant aphrodisiaque, il favoriserait la circulation du Qi, l’énergie vitale de l’organisme.

Mode d’emploi

Il se présente sous forme de gélules. La dose quotidienne recommandée est de 3 gélules, à prendre de préférence au petit déjeuner ou au déjeuner.

Contre-indication. S’il n’existe pas de contre-indication particulière, par principe de précaution, la consommation de ce champignon est déconseillée durant la grossesse et l’allaitement.

La maca

Cette plante originaire de la cordillère des Andes est particulièrement énergisante : elle revitalise l’organisme et possède même la propriété de booster la libido.

Mode d’emploi. Elle existe sous différentes formes, à choisir selon votre facilité à la prendre : gélules, capsules, extraits liquides ou même poudre. Cette dernière permet de l’ajouter à un yaourt, un smoothie, un jus de fruits ou encore à un plat, à raison de 1 c. à café.

Contre-indications. La maca est déconseillée chez la femme enceinte, allaitante et chez l’enfant, ainsi qu’en cas de troubles métaboliques.

La rhodiole

C’est une plante de choix lorsque l’on souffre de fatigue chronique. Mais ses bienfaits ne s’arrêtent pas là : un essai clinique effectué en 2007 et publié dans le Nordic Journal of Psychiatry a prouvé que la rhodiole, originaire de Scandinavie, possédait des propriétés antidépressives, capables de réduire les symptômes d’une déprime légère à modérée.

Mode d’emploi

Elle se consomme en tisane à raison de 2 g de rhizome (tige souterraine) de rhodiole à infuser dans 25 cl d’eau frémissante. Filtrez et dégustez, de préférence le matin ou en tout début d’après-midi. A éviter en fin de journée, car elle peut perturber le sommeil.

L’éleuthérocoque

Pour se sentir en meilleure forme, rien de tel qu’un organisme fort contre les virus, les microbes et autres germes. Pour cela, l’éleuthé-rocoque est notre meilleur allié.

Il possède des effets immu-nostimulants, antiviraux et antifatigue reconnus par l’Organisation mondiale de la santé.

Mode d’emploi

Optez pour une présentation en teinture mère : diluez 50 gouttes dans un peu d’eau et avalez la préparation, idéalement le matin avant le petit déjeuner. En une semaine, la résistance du corps aux agents infectieux s’améliore, mais mieux vaut faire une cure de trois semaines.

Le safran

Bien connu dans nos cuisines, le safran est aussi considéré comme adaptogène. Il est particulièrement recommandé pour chasser le spleen, la tristesse et l’abattement, sans provoquer d’effets secondaires. Une étude, réalisée en 2005, a comparé ses effets au Prozac et en a déduit qu’il était tout aussi efficace, les effets secondaires en moins ! La raison ? Il possède deux substances, le safranal et la crocine, qui stimuleraient la production de sérotonine, un neurotransmetteur dont le rôle est d’équilibrer le système émotionnel.

Mode d’emploi

1/2 pincée suffit pour bénéficier de ses effets antidépresseurs. A ajouter dans les plats mijotés ou dans une tasse d’eau frémissante. Le safran existe également sous forme de gélules, à prendre à raison d’une par jour au milieu du repas durant un mois.

Lire aussi Cataplasme, infusion, gargarisme, bain de bouche ou bain : comment tirer le meilleur des plantes ?

Contenus sponsorisés