Comment soigner ses articulations en douceur ?

Utilisés seuls ou en complément des médicaments, de multiples techniques et remèdes naturels aident à soulager les articulations douloureuses. À chacune de trouver ses solutions en fonction de ses besoins et de son état de santé.

Si la façon la plus évidente pour soulager les douleurs articulaires est le recours aux médicaments antalgiques et antiinflammatoires, d’autres solutions – plus douces et sans effets secondaires – existent. Les douleurs articulaires sont d’origine inflammatoire ou mécanique. Dans le premier cas, ce sont nos muscles ou nos ligaments qui nous font mal et qui peuvent engendrer une raideur à l’origine d’une perte de mobilité. Outre la douleur, une chaleur est souvent ressentie au niveau de l’articulation en cause, associée à un gonflement. « Les douleurs articulaires de type inflammatoire sont souvent d’origine génétique. Le rhumatisme inflammatoire peut toucher les jeunes. À l’inverse, les douleurs mécaniques traduisent plutôt une usure des cartilages et des ligaments, liée à l’âge ou à notre mode de vie », souligne le docteur Patrick Polfliet, médecin homéopathe et médecin thermal à la station de Molitgles-Bains (Occitanie) de la Chaîne Thermale du Soleil.

Comprendre les maladies articulaires…

avoir des douleurs a la main

Avoir des douleurs à la main – Source : spm

Maladie articulaire la plus fréquente, l’arthrose cause des douleurs mécaniques liées à la dégénérescence du cartilage qui enrobe les os. Les poussées inflammatoires se traduisent par le gonflement de l’articulation touchée. « Parfois, l’arthrose peut provoquer des douleurs de type mécanique mais aussi, inflammatoire », indique le docteur Polfliet. Les traitements de l’arthrose reposent sur les antalgiques (paracétamol), les anti-inflammatoires locaux (pommades) et les antiinflammatoires (sans corticoïdes) à prendre par voie orale. L’injection intra articulaire d’un corticoïde peut être effectuée en cas de poussée. Autre traitement de l’arthrose, l’injection d’acide hyaluronique dans la partie du genou donne des résultats remarquables sur la mobilité et la douleur. Quant aux médicaments des maladies articulaires inflammatoires chroniques (rhumatismes, polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite ankylosante…), ils reposent souvent sur des traitements lourds (immunosupresseurs, biothérapies). Des médicaments qui ne sont pas sans effets secondaires.

Les traiter via l’activité physique

faire une balade en bicyclette

Faire une balade en bicyclette – Source : spm

Il faut donc privilégier, dans la mesure du possible, les moyens naturels de prévention de l’arthrose et des maladies articulaires inflammatoires. Objectif : réduire les symptômes et ralentir la maladie lorsqu’elle est installée. « La prise en charge non médicamenteuse des maladies articulaires repose, en premier lieu, sur la pratique de l’exercice physique adaptée à l’état de santé de chacun. Certains sports sont particulièrement bénéfiques (randonnée, marche nordique, natation, cyclisme. Dans l’idéal, il faudrait pratiquer 30 minutes d’activité physique par jour », affirme le docteur Polfliet. Difficile, dans les faits, d’atteindre cet « idéal ». En pratiquant régulièrement une activité physique deux à trois fois par semaine, les résultats positifs sont rapidement visibles au niveau des articulations. « Lorsque l’activité physique est terrestre (course à pied, randonnée, marche rapide…), le port de chaussures adaptées est indispensable pour éviter les micro-traumatismes », avertit le docteur Polfliet.

Où faire une cure thermale pour soigner ses articulations en France ?

  • Pendant une cure thermale, les patients profitent, au quotidien, d’une eau chaude proposée dans le cadre de soins en baignoires, en piscine et sur des tables de massages (jets d’eau pénétrants) qui détendent les articulations. Durant l’année qui succède la cure, certaines personnes arrivent à diminuer la prise d’antalgiques et d’anti-inflammatoires.

99 autres stations thermales françaises bénéficient de l’indication rhumatologie.

Les soulager via l’alimentation

Autre point important : l’alimentation délétère peut participer au phénomène d’arthrose, mais aussi provoquer des inflammations articulaires. « Notre alimentation doit assurer l’équilibre acido-basique de notre organisme. Or, la plupart des aliments que nous consommons sont de type acide. L’acidité décalcifie nos os et accélère l’arthrose. Les personnes qui souffrent de cette pathologie doivent diminuer la consommation de lait de vache, de viande et de gluten, aliments acides par excellence », note le docteur Polfliet. L’alimentation de type méditerranéen doit être privilégiée : consommation importante de fruits et légumes, d’huile d’olive et de poissons gras riches en oméga 3 aux propriétés anti-inflammatoires.

Et les thérapies complémentaires

La kinésithérapie, l’ostéopathie, la chiropraxie, l’acupuncture, et la cure thermale (lire l’encadré) sont également des aides efficaces pour soulager les articulations. « Par ailleurs, la surveillance du poids est essentielle. Des travaux ont, par exemple, montré que le fait de perdre entre 5 et 10 kg (lorsque l’on est en surpoids) est aussi efficace que n’importe quel médicament pour retarder la pose d’une prothèse de genou ou de hanche », confie le docteur Polfliet. Certains problèmes articulaires peuvent avoir pour origine, un trouble de statique. « Un mauvais appui sur le sol (pied plat ou creux), une jambe légèrement plus courte que l’autre, peuvent engendrer des troubles articulaires. Je conseille souvent à mes patients de consulter un podologue pour vérifier leur posture et adopter des aides techniques, si nécessaire. Parfois, le port de semelles suffit à réduire les symptômes, voire, à régler un problème articulaire et éviter le passage à la chronicisation », conclut le docteur Polfliet.

Lire aussi Claudication intermittente : quelles sont les alternatives naturelles pour se soigner ?

Contenus sponsorisés