3 Signes du cancer du col de l’utérus qu’il ne faut pas ignorer


3 Signes du cancer du col de l’utérus qu’il ne faut pas ignorer

Le cancer du col de l’utérus est une tumeur qui se développe dans les cellules du col de l’utérus. Ce type de cancer est classé 2ème parmi les cancers féminins les plus répandus dans le monde. Selon l’OMS, une femme meurt du cancer de l’utérus toutes les deux minutes.

D’autre part, plusieurs médecins ont révélé que près de 90% des patientes diagnostiquées atteintes du cancer du col de l’utérus développent certains symptômes qu’il ne faut pas négliger.

Comment la maladie se manifeste-t-elle ?
Les premiers stades de la maladie sont asymptomatiques ; c’est-à-dire que les symptômes ne se manifestent pas. Néanmoins, certains médecins ont révélé que les premiers symptômes qui indiquent que la maladie est à un stade avancé sont :

1. Douleurs au niveau des jambes
Dans les premières phases de la maladie, certaines femmes éprouvent des douleurs au niveau des jambes ainsi que des gonflements. Suite aux premières phases, le col de l’utérus est également gonflé et peut entraver le flux sanguin. Cela entraîne un gonflement et une sensation de douleur au niveau des jambes.

2. Brûlures urinaires
Le cancer du col de l’utérus peut être diagnostiqué en effectuant une analyse régulière de l’urine. Dans le cas où la maladie a été détectée à l’aide de l’urine, ceci implique que la tumeur a atteint les tissus voisins et qu’il faut absolument voir un spécialiste.

Les médecins confirment que les brûlures urinaires sont des symptômes assez communs chez les femmes qui souffrent de cancer de l’utérus. Les brûlures urinaires ne sont pas seulement un signe d’infection au niveau de la vessie, il faut donc consulter un spécialiste.

3. Saignement après un rapport sexuel
Avec le développement de la tumeur au niveau du col de l’utérus, la quantité de sang devient plus abondante, irrégulière et accompagnée par des douleurs au niveau du bassin, de la colonne vertébrale et des jambes. Certaines patientes souffrent de gonflements des membres inférieurs. Dans ce cas, la tumeur est entrée dans la dernière phase (tumeur métastatique) et comprime les vaisseaux sanguins.

Dans le cas où la tumeur se répand, elle peut toucher la vessie et provoquer des brûlures urinaires et l’hématurie (présence de sang dans l’urine).

Lorsque la tumeur affecte le rectum, elle peut développer des symptômes tels qu’un ténesme (douleurs au niveau de l’anus), des selles difficiles ou douloureuses et du sang dans les selles. Si la tumeur affecte les uretères (voies urinaires supérieures) elle peut provoquer l’hydronéphrose ; une augmentation du volume du bassinet (organe qui reçoit l’urine formée dans le tissu rénal et assure son écoulement dans l’uretère) ou une insuffisance rénale.

Dans des stades plus avancés, cela peut provoquer des fistules vésico-vaginales (communication anormale entre la vessie et le vagin) ou recto-vaginales (communication anormale entre le rectum et le vagin).

Manifestation systémiques
Dans des cas moins fréquents, d’autres maladies peuvent accompagner le cancer du col de l’utérus. Ces maladies sont des manifestations systémiques ; c’est-à-dire qu’elles surviennent à distance de l’endroit où se développe le cancer suite à la production d’une substance par la tumeur.

Une diffusion hématogène (transport de particules dans l’organisme par le sang) est rare. Surtout lors des premiers stades de la maladie.

Cependant, lors des stades avancés de la maladie, la tumeur peut se propager à travers le sang et affecter différents organes et tissus du corps. Par conséquent, dans le cas de métastases osseuses, la patiente souffrira de douleur au niveau des os qui peuvent même se fracturer.

Dans le cas de métastases pulmonaires, la patiente aura des difficultés à respirer. D’autre symptômes peuvent se manifester tels que la toux, l’essoufflement et l’hémoptysie (rejet de sang).

Si la tumeur touche le foie, cela provoquera des perturbations de plusieurs fonctions métaboliques dans le corps comme la jaunisse, un système immunitaire faible, voire le coma.

Dans le cas où la tumeur touche le cerveau, cela peut causer des symptômes neurologiques comme des maux de tête sévères, des vomissements, la diplopie (vision double) et des troubles d’équilibre.
D’autres symptômes incluent : la fatigue, une perte d’appétit, l’anémie, l’urémie (taux d’urée secrétée par le foie dans le sang) et des infections secondaires.

Syndrome paranéoplasique

Un syndrome paranéoplasique désigne l’ensemble des anomalies qui peuvent accompagner certains cancers comme :

· L’hypercalcémie (un taux de calcium élevé dans le sang).
· Perturbation de l’hormone corticotrope ; qui stimule le cortex surrénal pour qu’il produise des glucocorticoïdes comme le cortisol.